Cobalt

Extrait:

Je me plonge à fond dans les scènes
de la vie ordinaire.
J’arpente trottoirs villes bureaux supermarchés galeries restaurants trains parcs boîtes soupentes caves parkings coton dentelle latex toisons rendez-vous conversations.

Critique:

Tout est mise en rythme des pulsations, de lamarche, des flux, de l’emprise. Quête et fuite, la poésie est ecchymose. Traquer les indices de la survie, et en exhiber les traces, après. Cobalt est lerécit d’une obsession calibrée CO27 . Ce qui reste est bleu, ce qui demeure est vivant. Tu es vivante.

L’écriture ici oscille entre rage, férocité et justesse. Cette poésie débridée et moderne interroge le monde qui nous entoure, en l’état, tel qu’il se donne à nous.

À propos de l’auteur:

Maud Joiret vit à Bruxelles. Cobalt, dont quelques extraits ont paru dans la revue Boustro (numéroVII), est son premier recueil.